Categories:

Tags:

Participation du WIT Network France au New Normal Summit de Powell Software

Summit Powell Software
Summit Powell Software

Le WIT Network France est heureux d’avoir participé au New Normal Summit de Powell Software au titre de plusieurs interventions sur l’expertise de notre réseau à savoir : la diversité et l’inclusion, et les biais de genres qui existent encore en 2022 et constituent un obstacle à l’attrait des métiers de la technologie auprès des jeunes filles et des femmes. 

Mais surtout freinent leur recrutement quand les jeunes filles ou les femmes en reconversion investissent ces métiers encore majoritairement dominés par les hommes pour des raisons multiples dont certaines sont détaillées évidemment dans les vidéos.

Si nous devions ne retenir qu’un seul obstacle, ce serait évidemment les biais inconscients de genre.

Le  panel de discussions pré-enregistrées, dont nous vous présentons deux extraits sur nos sujets de prédilection est très intéressant car il est consacré aux nouvelles tendances du marché du travail.

Il s’est attaché à répondre à la question suivante : Quelle est la nouvelle normalité au travail ?

Le New Normal …

Qu’est-ce que le new normal ? pour reprendre le langage international de Powell Software, du groupe international Axa ou de l’opérateur de Cloud international Microsoft ?

D’après les différents intervenants c’est d’abord :

  • Un espace de travail révolutionné par le digital et la crise sanitaire avec un nouveau normal en distanciel plutôt qu’en présentiel et ou en mode hybride !
  • Un espace plus efficace qui atténue mes différences dans les méthodes de travail entre les différents métiers

Axa, l’assureur, a mis la technologie au cœur de son business et Jean- Christophe Pitié de Microsoft et M Duverne d’Axa se retrouvent à parler le même langage. Leur préoccupation commune : servir leurs clients et collaborateurs en digital ou en réel de façon sécurisée avec le moins d’empreinte carbone possible !

  • Une évolution du travail qui fait émerger de nouveaux maux suite à cette accélération forcée du digital : le Bore Out des collaborateurs. Tout le monde connait ou presque le BURN OUT mais l’émergence du BORE OUT est à surveiller du fait de la pratique d’un télé-travail plus fréquent qu’avant qui ne signifie pas la diminution du temps de travail bien au contraire, mais une réduction des aspects plaisants du travail notamment en matière d’interactions sociales.

Enfin, les intervenantes dont Hélène Deckx Van Ruys Spécialiste RSE, Diversité et inclusion au Laboratoire de l’Egalité et moi-même,  fondatrice du WIT Network France et IAMCP EMEA Diversité et Inclusion Lead, étions nombreuses à nous exprimer sur des thématiques qui vont bien au-delà des biais de genre ou de la responsabilité sociétale d’attirer plus de femmes et plus de talents provenant de milieu divers par rapport notamment aux risques représentés par l’usage massif de l’intelligence artificielle dans les étapes présentes et futures des développements des solutions informatiques du 21ème siècle.

Entre « Burn out » et « Bore out »

Des interventions de la RH de Powell et d’universitaires ont mis l’accent sur  les évolutions RH et RSE avec la montée en puissance, et la crise sanitaire, de deux sujets très différents mais d’un impact dans les deux cas, massif sur la santé au travail :

– Le Burn out 

– Le bore out

Si le premier est bien connu, le second prêterait à sourire ? Non, il ne s’agit pas de chômage ou d’absence de travail, il s’agit d’un phénomène amplifié par la crise du covid. Les longues heures de travail chez soi, le nouvel espace de travail standardisé accroissent la lourdeur de tâches répétées dans la sédentarité et l’isolement.

En 2021, l’usure se fait ressentir plus durement auprès de certains et certaines avec une quête de sens et une chute de motivation plus puissante que jamais.

Un phénomène à surveiller d’après EM Lyon.

En ce qui me concerne comme à l’accoutumée, le sujet abordé est celui de la nécessité pour l’équité et le succès du recrutement des talents d’inclure plus de diversité et d’inclusion en favorisant notamment le recrutement des femmes et la promotion des carrières technologiques auprès des collèges et des filles en particulier! Pourquoi ? 

La technologie a des besoins massifs de recrutements d’ici à 2030 !

La technologie permet des carrières intéressantes dans des métiers très divers techniques et non techniques 

La plupart des profils de postes sont en cours de création et nécessitent des softs skills autant que des hard skills.

Les technologies étant le fondement de la société d’aujourd’hui et encore plus de demain, les adopter c’est permettre un juste équilibre sociétal en économie et en politique à condition de ne pas grossir les biais qu’ils soient de genre, de race ou autres stéréotypes d’une uniformisation de la population informatique qui exclut fatalement toute une partie du monde.

En duo et de concert dans un échange nourri entre Tony Todd, Hélène Decks Van Ruys et moi-même, toutes les bonnes raisons d’appel à réformer les visions et le process de recrutement des entreprises pour les filières technologiques ont résonné et nous l’espérons, rayonneront auprès du plus grand nombre.

Les formations ouvertes à la qualification des jeunes filles et des femmes en quête d’un nouvel avenir existent ! 

Une année 2022 teintée de diversité et d’inclusivité 

La volonté de faire bouger les critères de recrutement existent ! Ce qui nous permet en quelque sorte de vous indiquer la ligne de route du WIT France pour 2022 comme suit en vous souhaitant une belle année 2022 en diversité, en inclusivité et en œuvrant tous, pour dépasser nos biais inconscients, notamment de genre par rapport à la compétence professionnelle :

  • Optimisme et volontarisme sont de bon aloi pour 2022 et 2023 sans baisser la garde
  • Communiquer autour des formations et des emplois de la technologie auprès du plus grand nombre et en particulier auprès des jeunes
  • Promouvoir les métiers de la technologie et des rôles modèles de carrières de femmes auxquelles les étudiantes peuvent s’identifier pour se projeter heureuses et performantes
  • Former plus de jeunes filles et  femmes aux métiers technologiques qui recrutent et idéalement promouvoir leurs candidatures  auprès des entreprises avec des opportunités de stages pour les plus jeunes et d’embauches pour les femmes en reconversion

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.